Géographie

Le fjord, unique en son genre

Fjord

Canal creusé lors d’une glaciation qui a ensuite été rempli par de l’eau de mer.

Fjord du Saguenay

Seul fjord navigable en Amérique du Nord, long de 105 km, de Saint-Fulgence à Tadoussac, largeur moyenne de 1,6 km (maximum de 3,2 km), profondeur maximale de 275 m, hauteur des caps allant jusqu’à 300 m.

Marées

De 4 à 6 m.

Faune particulière

16 espèces marines typiques de l’Arctique (dont le flétan du Groenland).

Le fjord a été créé lors de la 4e et dernière période de glaciation. Lors du passage des glaces, leur poids a façonné le paysage et creusé la crevasse où est maintenant situé le fjord du Saguenay. On estime que les falaises, aujourd’hui hautes de plus de 300 m, étaient aussi impressionnantes et élevées que l’Himalaya.

Aujourd’hui, ces falaises sont accessibles entre autres par le Parc national du Saguenay. De splendides sentiers nous mènent à des points de vue saisissants surplombant le fjord depuis des millénaires. Un de ces sentiers mène à une statue de 9 m de hauteur et pesant 3 tonnes à l’effigie de la Sainte-Vierge. Construite et érigée en 1881, ce fût un véritable défi d’ingénierie pour l’époque que d’amener un tel monument à plus de 300 m dans un paysage aussi escarpé !

Lorsque la langue de glace a fondu, la mer Laflamme recouvrait la région de ses eaux salées. À cette époque, le saumon (poisson d’eau salée) était très abondant dans la région. Tranquillement les eaux se sont retirées, les ruisseaux ont continué d’alimenter les basses-terres du lac Saint-Jean et les eaux du lac ont tranquillement perdu toute salinité. Par contre, le fjord, toujours en contact avec les eaux du Saint-Laurent, reçoit encore de l’eau salée en aval et de l’eau douce en amont.

Par la différence de densité de l’eau douce et de l’eau salée, la surface du fjord est composée d'eau douce. Celle-ci gèle plus rapidement que l'eau salée ce qui nous permet de faire des villages sur la glace. La particularité de ces villages c’est que l’eau sous la surface est salée, nous pouvons donc pêcher bien confortablement dans nos cabanes le poisson d’eau salée, activité qui ne serait pas possible autrement car l’eau salée ne gèle qu'à des températures plus basses.

Lac Saint-Jean, véritable mer intérieure

« Le lac Saint-Jean, c’est un vrai paradis, c’est la piscine creusée la mieux réussie »
Paroles de la chanson « Jeanpignon Magik » du groupe « Ouanani ».

Dimensions

  • 45 km de long (nord-ouest / sud-est)
  • 34 km de large (nord-est / sud-ouest)
  • 1 100 km2 de superficie (environ le double de l’Île de Montréal)
  • 11,3 m de profondeur en moyenne (63 m au plus profond)

Faune particulière

Le doré jaune et la ouananiche

Flore particulière

le bleuet. L’arbuste du bleuet se reproduit plus rapidement et devient plus productif s’il est brûlé. Suite au grand feu de 1870, on a vu ce petit fruit gagner du terrain. Plus de 15 000 hectares commerciaux se retrouvent dans la région.

Les plages du lac Saint-Jean ont une pente très douce et sont composées de sable très fin, ce qui permet d’y patauger en toute sécurité avec la petite famille. Une grande partie des basses-terres du lac Saint-Jean est composée de sable dû aux dépôts qu’ont laissé les 4 périodes de glaciation. L‘une des plus belles plages de la région se retrouve au nord de l’étendue d’eau, soit au Parc national de la Pointe-Taillon et fait plus de 14 km de long.

La ouananiche est l’un des poissons les plus en demande au Lac-Saint-Jean mais il est illégal d’en faire le commerce. Ouananiche signifie « le petit égaré ». Lorsque la mer Laflamme recouvrait la région, des saumons (poisson d’eau salée) y vivaient. Suite à la « désalinisation » de l’eau par l’apport d’eau douce des rivières et d’eau de pluie ainsi que le retrait graduel de la mer Laflamme, les poissons ont dû s’adapter au fil des siècles. Le saumon resté « prisonnier » de la cuve qu’est le lac Saint-Jean s’est donc adapté à l’eau douce. La ouananiche est donc un poisson d’eau salée, égaré et adapté à l’eau douce !

La ouananiche n’est pas la seule à affronter les vagues du lac Saint-Jean. Chaque année, 25 nageurs d’une douzaine de pays plongent tête première dans ces eaux légendaires et tentent de dompter cet élément de la nature. D’une durée moyenne de 6h à 8h, la Traversée internationale du lac Saint-Jean s’inscrit dans le calendrier officiel des Grands Prix FINA de nage en eau libre qui comprend 10 épreuves en 7 pays. Pour encourager les participants, le mercredi précédant la compétition, nous célébrons dans les rues de Roberval où en moyenne 10 000 personnes prennent les rues d’assaut avec chaises, tables et tourtières !